Vous pourriez pensez que le billet qui suit a été causé par un événement précis. Ce n'est pas le cas. J'ai même voulu éviter de donner cette impression en laissant passer du temps entre un événement auquel ce billet s'applique et la publication de ce billet. Malheureusement, j'ai l'impression qu'il ne se passe jamais deux semaines sans que ce billet résonne avec une petite actualité. Et à un moment, il faut bien qu'il sorte.


Un autre[1] principe que j'ai depuis un moment, c'est de ne pas reprocher aux gens leurs manières d'agir pour une cause. Soit je suis en désaccord avec le but, et dans ce cas c'est pas la méthode choisit qui me semble pertinente à critiquer. Soit je suis en accord avec le but, mais dans ce cas, je préfère un petit progrès vers celui-ci que pas de progrès du tout. Bien sûr, si on agit ensemble, on peut discuter, débattre, de ce qui est le plus pertinent. Mais dans ce billet, je veux parler d'actions concrètes auxquels je ne participe pas.

Bien sûr, il peut m'arriver de penser connaître un moyen d'être plus efficace. Et parfois c'est vrai, si un travail manuel peut être remplacé par un programme informatique, c'est probablement utile de le signaler[2]. Mais parfois, je pense connaitre un moyen efficace par intuition. Et, n'ayant pas participé aux actions précédentes, ni au débat sur la prochaine action, je n'ai pas l'expérience qui me montre pourquoi un groupe à choisi telle action qui me semble contre-productive. Or, si je donne juste mon intuition, pensant savoir mieux que ceux qui ont réfléchi à un problème - je fais exactement ce que font tout ceux/celles qui expliquent à tel ou tel groupe qu'ielles serait plus écouté-e-s et mieux considéré-e-s s'ielles exprimaient leurs points sans action violentes (i.e. tag, grève, blocage d'un lieu ...) et sans s'énerver. Et en général, c'est pas quelque chose de très apprécié par ceux qui agissent, qui ont bien vu en général, quand ielles tentent juste de parler, personne ne s'intéresse à les écouter - à part peut-être des gens déjà convaincu.


Et je réalise qu'en fait, c'est très compliqué de respecter le principe mentionné plus haut. Difficile de ne pas reprocher aux gens leurs manières d'agir. Si tant est que je le respecte vraiment. Ainsi, j'ai commencé un billet sur Les Funambules[3], un groupe de musique dont la totalité des chansons traitent d'homosexualité. Parce que pas mal de points m'ont génés. Mais je ne publierait pas ce billet, c'est contraire au principe situé plus haut. Après tout, il font aussi un très bon boulot, il suffit pour en être convaincu d'écouter discuter le public qui sort du concert.

Pour être plus précis, je n'aimerai pas participer à ce qui a poussé le vidéaste Pouhiou à arrêter de publier sur youtube. Parce que même si aucun être n'est parfait - et Pouhiou demande les retours constructifs pour s'améliorer - j'ai l'impression que leur envoyer tant de critiques a des conséquences néfastes. Si ceux qui tentent d'agir globalement dans la même direction que nous s'arrêtent, ceux qui restent et continuent de s'exprimer publiquement seront ceux qui n'en ont rien à faire des critiques. C'est à dire ceux qui seront ouvertement LBGTphobes. Ou «pas LGBTphobe, mais...».

Remarquez que je viens de critiquer les gens qui critiquent. Et ces gens là, qui critiquent Pouhiou[4], c'est pas des gens qui disent que l'homosexualité c'est le mal. Certains aimeraient juste qu'il n'y ait pas {insérer ici une faute qui pour une personne semble énorme, et qu'une autre aurait pas remarqué}. Ou alors que, quand quelqu'un parle de son cas, il précise systématiquement que ceci n'est pas un cas général, parce que ça pourrait donner une vision déformé de l'ensemble des gens partageant une caractéristique précise. Je vais donner un exemple précis. Pouhiou dit aimer qu'on lui fasse remarquer s'il tient un propos sexiste, car ça lui permet de s'améliorer et de ne plus le refaire. J'ai vu des gens, bashant Pouhiou, en citant cette phrase et en commentant que ça montre qu'il serait fier d'être sexiste. Et que c'est une position d'homme privilégié, qui peut se permettre de ne pas s'intéresser à ne pas être sexiste par lui même. Sauf que, autant on peut se former par soit-même, lire, se renseigner - et j'ai peu de doute sur le fait que Pouhiou l'ai fait. Autant je ne vois pas, dans une société qui n'est pas égalitaire, comment il serait possible d'avoir 0 biais. Et en particulier comment s'améliorer sans retours extérieurs sur les petits biais. Peut-être que mon sexisme me cache une explication évidente, mais je ne comprend pas comment vouloir des retours pour s'améliorer en envisageant qu'on puisse encore être sexiste, soit pire que ceux qui disent «je ne peux pas être sexiste, la preuve: {Insérer un argument exonérant de tout ce qui sera fait dans le futur qui semblerait sexiste}»


Vu que je critique ceux qui critiquent, ça montre encore que mon principe est dur à appliquer. Après tout, je n'ai pas mis d'exception à mon principe pour dire «je ne critiquent pas les actions, sauf si les actions sont de critiquer.» D'autant que je comprend la finalité de ceux/celles qui critiquent. Lutter contre les stéréotypes, les fausses images, sur les groupes auxquels ielles appartiennent. Et ça peut aussi passer par le fait d'éviter les associations d'idées. D'éviter d'entendre répéter ce qui est le préjugé classique - qui correspond effectivement à une partie de la population, mais qui cache le reste de la population rarement représentée.

Mais, mon principe. Et ce que j'ai marqué plus haut, m'indiquent tous les deux que critiquer les créations pas parfaite n'est probablement pas quelque chose qui permettra d'atteindre le but recherché par nos actions. Sauf qu'en fait, je n'ai clairement pas de certitude absolu. Juste une intuition, qui vaut bien celle de ceux/celle qui critiquent virulament.

Précision

Je m'en vais donc préciser mon principe, suivi d'un exemple pour illustrer la nouvelle version du principe. Le principe est de ne pas critiquer les GENS qui agissent, ni même les GROUPES de GENS qui seraient facilement identifiable à partir d'une action. C'est à dire que critiquer des gens disant du mal de quelqu'un sur le web, c'est vague. Alors que si je disais «tout ceux qui ont fait l'action de mettre un préservatif sur l'Obélisque», ça serait trop précis. Même s'il n'y a qu'une action et pas de nom[5].


Pour prendre un exemple récent. C'est à dire il y a plusieurs semaines, mais j'écris lentement. Le ministère de la santé et des affaires sociales a sorti 4 affiches, montrant deux hommes se câlinant, avec un texte décrivant la relation entre ces deux hommes. Tel que «Coup de foudre / coup d'essai / coup d'un soir» et «Avec un amant, avec un ami, avec un inconnu». Et finalement, en bas, se trouve un texte disant «Les situations varient, les modes de protection aussi. Sexe entre homme: trouvez vos moyens de protection sur sexosafe.fr »

Ces affiches ont étés énormément critiquées. En particulier par des membres de groupes traditionnels tels que la manif contre tous. Je ne parlerai pas des actions de la manif contre tous. Elles sont surement trop efficaces: la PMA pour toutes les femmes ne passera pas sous Hollande. Ils jugeront peut-être ne pas être assez efficace: le mariage pour tous est passé. Mais dans tous les cas, si quelque chose me gène, ce n'est pas la manière d'agir mais le but recherché. À la place, je vais plutôt parlé ici de ceux qui répondent aux attaques de ces affiches. Mais avant, je vous redonne un peu de contexte.

Pour la première fois, je vois des gens que je connais défendre les affichages publicitaires. J'ai du mal à imaginer l'impact qu'auront ces affiches. Parce que j'ai du mal à croire que des gens auraient oublié de se protéger sans l'affiche, et y pensent grâce à elle. À part à la limite s'ils fournissent ces affiches pour les mettre dans les lieux où ces gens ont besoin de se protéger. Mais si le ministère met ces affiche dans les chambres à coucher, des gens risquent de râler pour cette invasion de leur intimité. Mais, admettons que ces affiches soient utiles. Ou que le site soit utile et que l'affiche fasse vraiment connaître le site.

La raison principale pour laquelle ces affiches sont attaqué, c'est... En fait c'est pas clair parce qu'il n'y a pas une voix unique expliquant au nom de tous le problème avec ces affiches. Par exemple, on peut facilement imaginer que les messages de ces affiches renforcent l'association mentale: gay = obsédé sexuel. On peut aussi imaginer que certains regrette cette association. Peut-être que les gays soient mieux acceptés dans la société - qui est supposé voir l'acte sexuel d'un mauvais œil en général. Peut-être parce que ça invisibilise les gays ayant envie d'une histoire d'amour comme dans les romans.

Bon, je vais pas être naïf, Laurent Ronssin, membre de la Manif Contre Tous, qui peint par dessus une affiche, ne le fait sûrement pour aucune des deux raisons que j'ai proposées ci-dessus. Cependant, il a peint les textes. Lui demander s'il a des problèmes avec deux hommes s'enlaçant ressemble légèrement à de la mauvaise foi. Peut-être a-t-il des problèmes avec ça, mais ce n'est pas ce que semble montrer la photo ou il ne cache que le texte. Notons d'ailleurs qu'il ne barre pas TOUT te texte. Les indications ministérielles en bas restent. Il barre la partie relative au sexe. Ces trois courtes phrases, commençant par «avec». Trois phrases qui sous-entend une action sans dire laquelle. C'est bien que ça ne dise pas laquelle, parce que, quelqu'un qui ne connaît pas déjà la chose, n'aura rien appris avec ce texte. Tout comme le sapin de la concorde n'aura évoqué autre chose qu'à ceux qui connaissaient déjà cet autre chose[6]. Et puis ça tombe bien que le mot avec soit vague, puisque «les situations varient».

Aparté. C'est moi ou la phrase «les situations varient» est hypocrite ? En regardant le site, on dirait que l'acte sexuel ne comporte que la pénétration entre mec cis ? Pas une seule mention de question de relation gay avec un homme trans. Ou de relation sans pénétration sur ce site. Dommage, j'aurai espéré mieux quand j'ai vu plusieurs journaux parler de prévention LGBT. (Remarquez, le L, même avec de l'imagination, il m'échappe totalement)


Une autre personne avait critiqué ces affiches en demandant comment il les explique à son enfant de 8 ans. Plusieurs réponses ont été proposées. Dont au moins une sérieuse. Et beaucoup en ce moquant ou en insultant. Et j'ai encore du mal avec ceux qui répondent à ces derniers. Par exemple, plein de gens mettent en relation cette pub et une myriade de pub sexiste. Disant que beaucoup de pub mettent en avant le corp de la femme plus que le produit mis en promotion. D'autres compare avec «marié au premier regard», l'émission de M6 proposant de marier des gens qui ne se sont jamais rencontré qui formeront des bons couples grâce à une méthode «scientifique». Bref, de mettre ensemble deux inconnus, qui accepteront théoriquement le devoir conjugal.

Si j'étais hypocrite je pourrais dire que: si ça se trouve, il a aussi du mal avec ces pubs et cette émission. On ne sait pas s'ils les apprécient(J'aurai tendance à supposer que, les groupes de plus d'une personne ont sûrement un avis distinct. Et qu'on pourra trouver des gens s'énervant contre ça. D'autres qui n'y font pas attention. D'autres encore qui apprécient. Et que ça va être compliqué de faire des statistiques plus précises). Cependant, cette remarque serait hypocrite, parce que s'il a choisi de montrer cette affiche de prévention et pas les autres affiche, cela montre que cette affiche a un problème que les autres non pas. Mais cette affiche n'est pas spéciale uniquement parce qu'il y a deux hommes s'enlaçant. Encore une fois, cette fois ci, le texte lui même fait directement référence à «la chose». On ne peut plus prétendre qu'on ne fait plus appel à l'imagination du public visé. Alors que quand vous voyez une femme dénudée à côté d'un produit en vente, on peut prétendre que c'est juste pour mettre une utilisatrice avec le produit. Certes, cet argument ne passe pas les statistiques, qui montrent une représentation fort différente des hommes et des femmes dans les publicités. Mais tant qu'on ne fait pas une analyse détaillée, on peut prétendre que c'est celui qui regarde la pub qui y met une interprétation qui n'y était pas à la base.

Si l'on considère effectivement qu'il ne faut pas parler de la chose sexuelle. En tout cas pas en parler à des enfants de 8 ans. Alors la question de ce père me semble honnête. La question peut révéler plein d'autres souci, sur l'éducation des enfants, le rapport aux corps, la manière dont ils réagiront lors des premiers amours s'ils ne savent pas quoi faire pour faire la chose sans risque. Mais le nom de ces problèmes, c'est slut-shaming, c'est pas homophobie. Et c'est une autre raison pour laquelle j'ai beaucoup de mal avec beaucoup d'arguments contre l'homophobie. Parce que se concentrer uniquement sur l'homophobie, et vouloir tout lui relier, ça évite d'autres questions qu'il serait importantes de traiter.


Je crois que j'ai beaucoup digressé. Là où je voulais en venir par ce long exemple, c'est que j'ai beau être en désaccord profond avec ceux qui se moquent d'une question. Avec ceux qui insultent ce peintre amateur en lui collant des raisons qu'il n'a pas lui même déclaré. Je n'ai jamais été donné ces arguments à qui que ce soit individuellement. Pas que par flemme. Aussi par respect du principe évoqué plus haut. Je crains que des gens partageant globalement les mêmes idées que moi soient de très mauvaise foi. Mais je ne suis pas sûr qu'ils ne soient pas plus efficace pour les buts que je souhaiterai atteindre. Et dans le doute, je n'ai pas de raison de leur faire de reproche.

Notes

[1] Autre, parce que je parlais déjà d'un principe dans «Pourquoi avoir comme principe d'écouter les concernés»et «Vie privée des autres».

[2] Mon expérience me montre que, même si une dizaine de gens se plaignent d'un process fastidieux, faire changer le process est encore plus compliqué.

[3] Discloser: j'ai en ami facebook quelqu'un qui travaille avec eux. Mais vu que c'est un groupe de plus de 200 personnes, je sais pas trop ce qu'elle y fait.

[4] Disclaimer aussi: j'ai rencontré une fois Pouhiou, à geekopolis. Et je lui reste très reconnaissant d'avoir partagé à ses suiveur-se-s le docu-fiction sur les Interventions en Milieu Scolaire et la traduction de Khaos Komix.

[5] Et que je ne vois pas de raison de les critiquer.

[6] Si vous n'avez pas la référence, c'est franchement pas grave.