mercredi 11 janvier 2017

Une scène ouverte

TW: psychophobie, sexisme, menace de violence

Je ne vais pas donner le nom de la salle, de la scène, ou du présentateur. Je pense que beaucoup d'humoriste parisien reconnaîtront facilement. Mais c'est pas grave, car si c'est le cas, ils connaissent déjà en gros ce type d'anecdote.

J'ai décidé de tester quelques sketchs sur des scènes ouvertes. Visiblement, le nombre de scène ouverte a bien diminué depuis que j'ai arrêté les sketchs. J'ai demandé à une des scènes qui restent s'ils me laissaient passer. J'ai eu le droit. Puis deux jours avant ma date de passage, on m'a décalé à la semaine d'après. Ce qui est ballot, vu qu'il faut venir avec deux spectateurs, et que parmi mes deux spectateurs, l'un n'était pas décalable.

Je vais au théâtre le jour dit. Un peu stressé, car j'ignore si, avec un seul spectateur, je pourrai passer ou non. Il dit oui, mais de pas recommencer. Ce qui est pratique c'est que, malgré ma question posé sur facebook le matin même, je n'ai la réponse à ma question qu'une minute avant qu'il ne monte sur scène. Ce qui fait que mon spectateur lui même ne savait pas s'il devait acheter son billet avant que le spectacle commence[1]. Dans ce lieu, le billet c'est une consommation. C'est à dire qu'il faut prendre une boisson pour avoir le droit d'accéder à la salle. Je soupçonne fortement une technique pour éviter les taxes sur la billetterie.

En coulisse, le présentateur demande aux 5 humoristes combien de gens ils ont ramené. Il engueule ceux qui ont ramené une seule personne. On ne joue pas le jeu, on est des voleurs, on vient pour tester, mais on aide pas à remplir la salle. Effectivement, il y a environ 20 spectateurs. C'est peu. Un humoriste, québécois en vacance à Paris, a ramené 4 personnes. Parents, frère et sœur. Il se fait engueuler, parce que ces gens là sont proches, ne viennent que pour lui, et ne vont pas prêter attention aux autres humoristes. Et puis ils le connaissent déjà, donc vont pas rire en le voyant sur scène. Bref, c'est des spectateurs qui servent à rien.

Le public est difficile et rigole peu. L'hypothèse que le présentateur soit mauvais n'est visiblement pas envisageable, ça fait 10 ans qu'il fait de l'humour, il connaît un peu son métier. Je n'ose demander, s'il est si pro, pourquoi il se contente d'animer une scène devant 20 personnes. D'ailleurs, nous dit il, comme le public est froid, il a même fait des vannes sur les partouzes[2] et d'autres trucs de culs, pour avoir tout le public. Et même ça, ça les a pas fait rire. En fait, il me faisait penser à ces voyant qui sont sûr d'eux, et expliquent après coup pourquoi ça n'a pas marché à cause d'une exception dont ils n'étaient pas au courant. Ici: il y avait une famille. Et un père ne peut pas rire de partouze en présence de ses enfants.

Comme ça ne rit pas beaucoup au deuxième humoriste, le présentateur rentre dans la salle, et il rit. À n'importe quelle fin de phrase. Même quand y a pas de vannes. Dans les coulisses, on entend son rire. On se dit que c'est gênant. Je veux dire, il est SEUL à rire. Et ça a l'air forcé !

Durant le deuxième humoriste, le présentateur vient nous dire en coulisse son autre hypothèse. Le public est raciste. Et ça fait 3 arabes d'affilés qui passent[3]. Je précise que je reprend les mots du présentateur, qui se qualifie lui même d'arabe. Peut-être que ça marchera avec moi, car «je suis français» (montrant bien mon visage). Eh bien, je vais vous dire, j'ai rarement été aussi content de me prendre un bide ! Bon, c'est pas un bide total, j'ai quand même quelques rires. Mais bien moins qu'à Première Fois. Je me dis que c'est peut-être car je suis aussi le seul humoriste de la soirée à ne pas parler de drague. En même temps, draguer dans le cadre de la polyamory, je vais avoir du mal à faire des vannes auxquels le public pourra se dire «il a raison».

Une autre règle, en plus des 2 spectateurs. Il faut faire 5 minutes maximum. Le présentateur active a un signe qui signifie à 4 minutes 30. Comme il nous a dit avant, il ne faut pas dire «ah, on me fait signe que c'est fini, c'est tout pour moi», mais prendre le temps de finir sa vanne, peut-être d'en faire une ou deux autres. Mais il ne faut pas aborder d'autre sujet. En rentrant en coulisse, notre cher présentateur engueule un humoriste de 17 ans qui tentait pour la 2ème fois une scène ouverte. Parce qu'il a dépassé ses 5 minutes. Et qu'il s'est pas arrêté quand il y a eu le signe des 4 minutes 30. Même que selon le présentateur, l'humoriste a abordé un autre sujet. Ceci nous a valu un grand débat entre «j'ai pas vu le signe» et «tu peux pas ne pas l'avoir vu, parce que je suis même venu devant toi te faire signe de la main» et de «En impro, ce signe signifie mi-temps. Je pensais qu'il me restait 2 minutes» ou enfin de «Déjà que tu ramènes qu'un spectateurs, tu as fait 3 minutes de plus que tous les autres. T'es un voleur.» Je ne comprenais même pas pourquoi ce garçon débattait avec le présentateur. Il part du principe qu'on lui ment et veut l'arnaquer. Il n'y a clairement pas moyen de lui faire entendre raison. A posteriori j'ai compris, l'humoriste de 17 ans évitait à l'humoriste présent sur scène d'avoir les faux rires du présentateurs. Il se dévouait.

Le présentateur nous explique qu'il riait pour pousser les gens à rire par imitation. Et ça permettra au vrai rire de démarrer. Il est tellement sûr que cette méthode marche qu'il encourage le public à se forcer à rire. Même qu'il prétend qu'il va se faire leurs mères s'ils ne rigolent pas. Et qu'il dit être schizophrène et qu'il peut vraiment être violent....
Je tiens à signaler que je lui doit une blague sexiste qui m'a fait rire. Parce qu'elle est tellement sexiste que j'avais cru à une parodie. Je ne mettrai pas la blague en ligne, parce que ça ne se fait pas de voler les blagues des autres humoristes, mais n'hésitez pas à me la demander en message privé. Je tiens à dire que, après tout ce que j'ai dit, quand il me donne des conseils sur mon sketch et sur ce que je dois faire, ça me fait rire intérieurement. Dans le sens où si LUI a raison, alors ce qu'il faut faire c'est arrêter le stand up.




On revient tous les 5, on dit nos noms, comment nous trouver sur les réseau sociaux, et nos actualités. Vu qu'on est tous débutant et sans actus, c'est surtout l'occasion de faire une dernière vanne. Enfin, le présentateur se lamente sur le sort pitoyable des artistes. Vu que l'entrée est gratuite[4], c'est bien de nous donner de l'argent pour nous encourager. Et donc il y aura un chapeau où mettre des billets à la sortie.

Deux humoristes restent à la porte, à tenir le chapeau. Je jette un œil à la fin. Que des pièces. Et beaucoup de pièces jaunes. Un rapide décompte me fait voir qu'il y a moins de 20 euros. Je demande alors comment se passe le partage. J'avais pas demandé avant car je ne fais pas ce genre de scène pour les sous. J'apprends alors d'un autre humoriste qu'en réalité, tout l'argent revient au lieu qui nous accueil. J'ignore si c'est effectivement le cas, où si l'argent est pour le présentateur. Mais en tout cas, ça donne une saveur particulière au fait de se faire traiter de voleur.

Conclusions

Notons en passant que 20€ pour le présentateur, ça me semble pas du vol. Malgré tout le mal que je dis de lui, ça reste du boulot de programmer des gens, faire connaître une scène ouverte - ce qu'il réussit visiblement plus ou moins à faire, vu qu'il y avait quand même une vingtaine de spectateurs, et que seuls une dizaines avaient été ramené par les humoristes. Donc, mon seul reproche ici est le mensonge au public.

L'avantage de ce genre de salle, c'est qu'une fois qu'on a fait ça, on est humble et on peut apprendre le métier.

Notes

[1] En effet, il n'allait pas rester si je ne jouais pas.

[2] Ça a l'air drôlement marrant, selon certains humoristes, le mot partouze.

[3] Je rappelle que les humoristes sont venus avec des spectateurs. On peut donc envisager que ces spectateurs étaient au courant qu'il y ait des humoristes arabes et n'aient pas de problème avec ça.

[4] Je me demande s'il y a vraiment des humoristes qui croient au fait que les gens ont vraiment acheté un coca à 5€ juste pour le plaisir de boire un soda à Paris.

mardi 4 août 2015

Étrange représentation

Lundi 27, j'ai joué une demi heure de mon spectacle environ. Je m'en vais vous la raconter, car c'est la représentation la plus n'importe nawak de ma courte carrière.

Mercredi 22 juillet, une personne que je connais vaguement de l'École normale supérieure me demande en ami sur facebook. J'ai du lui parler 5 fois à tout casser, on avait fait connaissance en allant aux festival culturel(artistique) entre les différentes Écoles normales Supérieures. C'était à Ker-Lann, et j'y avait joué mon one-man show. Une prestation dont je suis content, mais on n'a jamais retrouvé la vidéo qui avait été prise sur place. Ayant tendance à limiter mon nombre d'ami facebook, j'ai laissé passer.

Vendredi 27 juillet, en milieu d'après midi, il m'appelle, me demandant si je me souvenais de lui, et si je voulais jouer une demi-heure lundi. Soit 3 jours plus tard. J'ai précisé que, j'avais laissé tomber, à cause de la thèse, de l'investissement en temps et en argent que je ne suis pas prêt à fournir... Mais bon, si j'ai pas besoin de faire de pub, de faire de flyer, de louer la salle, moi, je connais encore mes textes, il n'y pas de soucis. J'ai un peu répété le week-end histoire de me remettre les textes en bouches, et basta. Ceci dit, puisque le public vient pas pour moi, - ni même pour un one-man-show, vu qu'à la base, c'est un club privé- il risquait de pas être vraiment intéressé. Une demi-heure, ça peut-être long. Donc c'est à ses risques et périls. Oh, et puis, ce normalien me disait qu'il avait une enveloppe pour payer les artistes qu'il programme - il fait la programmation de ce lieu deux fois par mois, si ma mémoire est bonne. L’enveloppe est un peu petite pour un groupe qui vit de ça, mais si pour une fois jouer pouvait me faire gagner de l'argent plutôt qu'en perdre, pourquoi pas.

Pour l'anecdote, l'avant-dernière fois que j'ai joué, j'ai gagné 3 euros et une tranche de pizza. 3 euros car c'était un plateau d'humoriste et qu'on se partageait le chapeau à la fin de la représentation, et la part de pizza car on jouait à l'étage d'une pizzerria, et qu'il leur restait 3 tranches en vitrines.

J'arrive donc à ce club à 23 heures pour la «balance»... sachant que je n'ai pas de micro - je déteste jouer avec un micro - et que ma guitare acoustique fait assez de bruit pour couvrir toute la salle, ça sert pas à grand chose mais bon. Ceci dit, ça permet de voir les lumières. La 1ère blague de la soirée:
Quelques leds de couleur au plafonds au dessus de l'espace scénique. Et la salle totalement éteinte, donc sans possibilité de voir le public. En même temps, c'est éteint où allumé, y a pas de milieu. Et de toute façon, y a pas de régisseur, donc on touche plus aux lumières durant le show (je suis tellement content de n'avoir pas prévu de son !). J'ai demandé s'il y avait moyen d'avoir plus d'éclairage, et de la lumière de face, on m'a répondu que non, que c'était un club, c'était pour l'ambiance.

J'ai envie de dire: ça n'a pas de sens de faire jouer un humoriste dans un éclairage tamisé. Ça n'aide pas à mettre l'ambiance. D'un autre côté, ça n'a pas non plus de sens de faire jouer un humoriste dans un club privé. Surtout si on n'y connait rien en humour et qu'on a pas suivi un peu depuis 5 ans ce qu'il fait. Parce qu'en discutant avec l'organisateur, j'ai eu quelques confirmation: il n'a jamais entendu des mots comme «stand-up», ne connait pas un certain nombre d'humoristes célèbres (disons, qui ont eu plusieurs fois des articles sur eux dans des journaux, ou des pastilles sur canal plus), qui pourtant sont fan de son club sur facebook (donc qui, je suppose, on déjà du mettre les pieds dans ce club). En fait, il ne savait même pas que j'avais abandonné le nom Arthur Rainbow (et pourtant, je l'ai abandonné en 2011 !)

J'ai installé mon matériel. Puis vers minuit trente, on m'a annoncé. Comme il n'y avait pas de coulisse, j'étais allé dans le couloir des toilettes un peu avant, histoire de pouvoir faire une entrée quand même. Des gens sont arrivé pendant la représentation, des gens sont allé au bar, des gens sur le canapé à côté de moi discutaient ensemble parfois (à voix basse quand même). Même à un moment, le barman a fait un cocktail, secouant bien les boissons. Bon, ça riait quand même. Mais vu qu'il y avait une quinzaine de personne, ça n'était pas la folie.

Vers une heure de matin, j'ai salué, j'ai reçu quelques applaudissements, puis j'ai rangé mes affaires. Le programmateur présentait le DJ qui passait après moi, et m'a offert un cocktail (à base de fraise, il était bon d'ailleurs). J'ai un peu discuté avec quelques spectateurs, l'une me disant que c'était sympa, mais pas le lieu idéal pour ça, que ça a du être dur. Une autre me comparant à Guillaume Gallienne, mais je suis bien incapable de dire pourquoi. Le programmateur me dit qu'il me contacterait le lendemain pour l'argent.

Après une semaine je l'ai relancé, il m'a demandé si je pouvais éditer une facture (Je ne sais pas trop ce qu'il n'a pas compris dans «humoriste amateur» - probablement tout.) Je pense donc que je vais m'asseoir sur cet argent - c'est pas comme si c'est une nouveauté - le retirer de mes amis facebook, et garder cette anecdote comme un souvenir cocasse qui m'aura, ma foi, occupé de manière sympathique une soirée d'été.

mardi 10 mars 2015

Première fois

AFFICHE_PF_10v2.jpeg

Depuis 2012 et l'arrêt du duo avec Ludovic, je n'avais jamais rejoué sur scène de texte dont j'étais l'auteur. J'ai écrit des sagas mp3, du théâtre, deux scénarios, des billets de blog, un début de thèse, mais pas de sketch. Je profiterai donc de ces 6 minutes offertes par Yacine pour expliquer pourquoi j'ai arrêté le one-man-show.

mardi 1 octobre 2013

Mystérieux Meurtres Mortels

Après "Robin des bois" en 2012, la troupe des cons contes de fées fêlés[1] vous convient à leur nouvelle pièce de théâtre :

"Mystérieux meurtre mortel"

Années 30, un manoir dans un petit coin de l'Angleterre. Le Colonel cherche à marier ses deux filles à des gentlemen respectables. Arrivent alors moult invités prévus et imprévus, des passions, des intrigues, des rires, des pleurs, des mystères, et bien sûr... un meurtre.

Une comédie policière à la manière d'Agatha Christie, en représentation UNIQUE dimanche 13 octobre à 18h30 au 45 rue d'Ulm, salle Dussane.

Saurez-vous résoudre le mystère ?

Note

[1] Je fais parti de cette troupe

jeudi 4 octobre 2012

Montreux et plus

Salut,

Tu te souviens de mon billet du 2 aout ? Si, celui où je disais que je candidatais pour le casting du festival de Montreux. Et bien sur les 160 humoriste, je fais parti des 39 qui passent à la deuxième étape. Et maintenant, faut que tu votes pour m'aider à faire parti des 5 qui iront à la 3ème étape[1].

Ceci dit, je tiens à te rassurer, même si tu n'es pas assez nombreux à toi tout seul pour me faire passer en tête, tu peux aussi dire à tes amis de voter pour moi. Et même si ça marche pas, c'est pas grave, je peux encore être dans les 5 coups de cœurs du jury. Parce que, tiens toi bien, si je gagne, je peux aller à Paris !

Ok, je suis Parisien, c'est pas génial, mais là, si je gagne la 3ème étape à Montreux, et ça, ça serait super !


Sinon, je vais aussi tenter les duels de l'humour dimanche 7 octobre, au so' gymnase, 10 minutes, en théorie tu dois pouvoir venir, faut chercher sur le site du théâtre.


Sinon, niveau étude: j'ai validé mon master 2 recherche informatique avec mention très bien, ainsi que le diplôme de l'Ens spécialité principale informatique (mais je ne sais pas encore si j'aurai le droit à "spécialité secondaire mathématique" dessus)

Fort logiquement, je commence donc une thèse, mais là, je ne vous demanderai pas de voter. Et si je parle encore au public, je ne vous fais pas la pub, je doute que l'exposé de mes résultat t'intéresse - mais sinon, n'hésite pas à me le signaler.

Note

[1] Bon, je t'avais déjà demandé de voter, mais c'était une bêtise, en fait les étoiles sur dailymotion, ça ne servait à rien

jeudi 2 août 2012

Casting pour Montreux


Lire la suite...

samedi 30 juin 2012

Dernière

Je voudrais pas te presser, mais ce soir, c'est la dernière de mon one-man-show au théâtre popul'air du Reinitas, donc si tu t'étais dis que tu devais absolument passer me voir, t'as pas le choix, c'est ce soir !

samedi 2 juin 2012

One man show

Dites, vous êtes étourdis, vous savez. Vous n'êtes toujours pas venu voir mon one-man-show !

Comme je suis sympa, je vous rappelle qu'il reste 3 dates, le 2 juin, c'est à dire ce soir, le 16 et le 30, à 20 heures, au 36 rue Henri Chevreau, au théâtre popul'air du Reinitas

dimanche 22 avril 2012

Compte rendu des one-man-show d'avril

Salut tous,

Je viens de finir mon deuxième soir au théâtre Popul'air du Reinitas, il me reste encore 5 dates jusqu'à fin juin, donc vous avez le temps de venir - mais ne tardez pas trop quand même.

Et puis comme on me demande souvent comment ça c'est passé, je te concote un petit résumé mon cher blog.

Comme en janvier, il n'y a pas grand monde, 6 puis 8 spectateurs. Mais comme en janvier, les gens riaient beaucoup et du début à la fin - ce qui est quand même ce qui compte pour un humoriste. En fait, ça fait du bien d'avoir des gens qui viennent pour moi, et pas juste qui me voient au hasard d'une scène ouverte.

À la première représentation, il y avait aussi un critique des cahiers du rire, normalement le résultat devrait arriver la semaine prochaine, je croise les doigts.

En plus, j'ai de la chance, depuis le début de l'année, à chaque fois il y a quelques gens que je connais et admire. Il y a deux semaines c'était l'auteur d'un collégue que j'admire énormément. Ce soir, c'était Lucas Véran, un petit gars de 15 ans, qui a joué pour la première fois une demi-heure de one man show la semaine dernière, et Guillaume Muller un jeune chanteur de 19 ans qui a un parolier vraiment doué !

Et, pour faire encore mieux, j'ai eu à plusieurs reprise un compliment qui me plait bien, et que je m'en vais vous répéter même si je ne le comprend pas, il parait que j'ai un humour inteligent.

Sur ce, je m'en vais me coucher, c'est bizarre, je n'ai presque rien fait de la journée et je suis quand même épuisé. Mais heureux

lundi 26 mars 2012

Ma première page Billet Reduc

Et voilà, j'ai ma première page billetreduc pour que les gens puissent réserver pour mon spectacle. On peut aussi réserver au 01 46 36 74 15. La sortie sera au chapeau, donc vous donnez ce que vous pensez que ça vaut.

Si vous avez déjà vu le spectacle, n'hésitez pas à laisser une critique sur billetréduc.

Le visuel pour l'instant est de Caroline Martocq, qui me l'a offert très gentiment, et il devrait bientôt être remplacé par une photo. On a fait des photos hier soir, maintenant il faut les retoucher, puis rajouter les renseignements dessus. Comme ça ensuite on pourra imprimer des flyer à distribuer à tout vent !

jeudi 22 mars 2012

Présentation

Arthur Milchior est suffisamment imbu de lui même pour imaginer que vous allez payer pour l'écouter vous parler de sa vie une heure durant, autrement dit il va vous jouer un one-man-show.

Comme tous les humoristes, Arthur est un fin observateur de la société, acerbe, il est probablement le seul à oser ouvertement critiquer les chasseurs de dragons, la variété française et sa voisine du dessus. Mais ce côté frondeur ne l'empêche pas d'aborder des sujets universels parmi lesquels le Temps qui oublie de passer, les différentes manières de changer une ampoule.

Vous avez pu le voir depuis 2006 sur des scènes ouvertes parisiennes et 5 fois à On n'demande qu'à en rire sur France 2, vous pouvez maintenant voir son one-man-show Je d'égo à partir du 7 avril 2012 un samedi sur deux au théâtre popul'air du Reinita, 36 rue Henri Chevreau, Paris 20, métro Pyrénée et Couronne.

--

Alors, vous pensez quoi de mon texte de présentation ?

lundi 9 janvier 2012

Compte rendu du 8ème one-man-show

Vendredi 6 j'ai joué la 8ème représentation du one-man-show.

La salle fait 25 personne et je l'avais annoncé sur France 2. J'ai péché par délit d'orgueil, je n'ai pas fait assez de publicité, j'ai eu 10 spectateurs (bien que, comme d'habitude, plus de personne disaient qu'elles viendraient). Cependant j'ai eu beaucoup de rire, et ce qui est vraiment nouveau, c'est qu'il y a vraiment du public que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam.

J'ai joué un sketch inédit, qui méritera clairement d'être retravaillé, mais c'était le risque. Et puis, il faut bien avouer que les gens n'ont plus l'habitude d'oser se moquer des chasseurs de dragons aujourd'hui.

Merci encore à la spectatrice qui m'a offerte le cd de Monis, je ne suis clairement pas un habitué du rap, mais je ne regrette pas d'avoir découvert. Et puis merci aussi au dessinateur qui m'a croqué dans mon livre d'or. Il fera la pochette du prochain album de Nicolas Bacchus auquel je vous conseille de souscrire[1]. Et puis encore un grand merci à Caroline pour l'affiche.

Note

[1] Je trouve qu'il y a beaucoup de chanteur gay dans ce billet.

dimanche 25 décembre 2011

Arthur Milchior, ne sera pas bientôt près de chez vous.

Plusieurs personnes m'ont posé la même question: "Est-ce que tu comptes venir jouer à coté de chez moi, à ...", donc je fais une réponse groupé.

Je serai vraiment ravi de pouvoir jouer un peu partout dans la Francophonie. Mais aller loin engendre pas mal de frais, entre le déplacement, l'hotel et les restaurant. Et comme je ne connais pas votre coin, je ne sais pas où aller pour faire de la pub pour remplir la salle.

Donc, pour l'instant, je ne me déplacerai que s'il y a un directeur de théâtre qui est prêt à me défrayer et s'occuper de la publicité dans sa ville/son théâtre/sa mjc. En attendant, désolé, je ne bouge pas de Paris, où je ne sais de toute façon toujours pas comment faire pour jouer régulièrement.

Et si un tel programmateur me lit, qu'il n'hésite pas à m'envoyer un email.

lundi 19 décembre 2011

Petit théâtre du bonheur

Je jouerai vendredi 6 janvier à 20H30 au petit théâtre du Bonheur[1], 6 rue Drevet, Paris 18, métro Abbesses.

La Participation aux frais est de 10 euros. La réservation se fait par email à theatredubonheur@gmail.com et est très fortement conseillée puisque la salle fait 25 places.

L'événement facebook

J'ai contacté par email d'autres salles, pour l'instant aucune ne m'a répondu, ou alors la location étaient trop cher pour mes moyens actuels. Je vous préviendrai bien sûr si j'ai d'autres dates. J'aimerai bien jouer plus régulièrement, j'espère que ça se fera.

Note

[1] association loi 1901

samedi 9 juillet 2011

Première critique

Voici la critique, paru dans le Bocal[1] avant ma dernière représentation. L'auteur - que je ne crois pas connaitre[2] - m'ayant vu en mars à la représentation de Ker-Lann.

Cri, tic, tacle, et autres joyeusetés

Après qu’Alice[3] vous en a fait voir de toutes les couleurs, Arthur Rainbow vous propose de retrouver le monde que vous connaissez bien, peuplé de voisines antipathiques, de minorités opprimées, et de blagues éculées revisitées pour lier le tout. Cependant, le seul moyen de vous faire une idée est de venir voir mais surtout d’entendre par vous-même cet adepte des jeux de mots vous déclamer le récit de sa vie quotidienne (pas toujours authentique, du moins il vaut mieux pour lui). Bien sûr, le spectacle comporte quelques temps morts pendant lesquels on apprécie moins la légèreté du texte mais on passe tout de même un agréable moment, et pour ceux qui ne seront pas d’accord, il y aura toujours des vieux cons serrant en K-fêt.

R.1 qui a enfin trouvé un alibi pour faire des jeux de mots pourris

-- Bon, maintenant que j'ai la vidéo sur mon ordinateur, faudrait que je me bouge pour vous mettre un extrait en ligne.

Spoiler, c'est un duo avec une prestigieuse invitée !

Notes

[1] Le journal des élèves de l'ENS

[2] je ne sais pas qui signe R.1

[3] Je jouais juste après Alice, une pièce où je faisais le lapin blanc

mardi 10 mai 2011

Avare

Jeudi 19 à 19 heures 30, amphi B à Censier, Paris III, vous pourrez voir l'Avare, mis en scène par Caroline Descotes, du département d'Histoire et Théorie des Arts de l'ENS de Paris.

Et j'y joue Maître Jacques.

dimanche 8 mai 2011

Profile et math

Encore une idée qui pourrait être marrant en théorie, mais probablement jamais réalisé:

Je pense qu'il faudrait faire un profile d'une oeuvre pour un classique. Du genre le Knuth ou le Cormen.

Je crois que l'idée me vient du rapport de rapport de concours d'A3_nm. D'ailleurs, pour information il a changé son site et il a rajouté un recueil de nouvelle que j'ai envie de conseiller, même s'il n'est pas aussi exceptionnel que certaines autre de ses créations.

Sinon, le one-man-show s'est passé honorablement. Je suis assez dessus, mais il y avait beaucoup moins de monde qu'à Ker-Lann en mars, donc c'était bien plus dur de faire rire. Par contre, je crois que Alice, qui m'a précédé, a été un vrai succès !

C'est étrange, j'ai l'impression que les textes les plus récents ont fait le plus rire, alors que c'est eux que j'ai eu le moins de temps de travailler. En particulier un sketch sur le "Temps", je crois qu'il a bien marché[1], il faut dire que c'était vraiment un sketch écrit en pensant à Devos !

Note

[1] Dès que j'aurai un lecteur de cassette mini-dv je le mettrai en ligne.

dimanche 1 mai 2011

Heure et lieu

Le one man show aura lieu le Vendredi 6 mai, à 20 heure 30, au 29 rue d'Ulm en Salle Jules Ferry.

À 20 heure 30 il y aura Alice, une courte pièce farfelue (où je joue), aka

  • Oh non, pas encore Alice
  • Alice est de retour et elle n'est pas contente
  • Attack of the scones
  • Le mystère de la Bibliothèque d'Alexandrie

Vers 21 heures le one man show devrait commencer.

Vous êtes bien sûr bienvenu pour assister au reste des 48 heures des arts, le festival de l'École normale supérieure. Et vous pouvez bien sûr inviter autant d'amis que vous connaissez, vu que c'est gratuit ! N'hésitez pas à faire passer la pub par facebook ou a donné un lien vers mon site.

En espérant vous voir nombreux, Arthur, qui a vraiment bossé cette fois (enfin, c'était déjà un vrai boulot avant)

mardi 26 avril 2011

Avant la représentation

Dimanche 20 mars, je suis dans les locaux des inter-ens culturelles.

L'improvisation vient de finir sur la scènes des concerts et je me rend en salle de thêatre pour me préparer. Les gens avant moi ont un petit peu de retard mais j'ai encore deux heures.

Je vais me prendre le sandwich du jour donné et préparé par les organisateurs.

Une fois la salle libérée j'y pose ma grosse valise que je transporte avec moi depuis le matin. La salle est en fait une salle de cours/de conférence, avec, devant, une très grande estrade et une rangée de table au bord de l'estrade. Plus des planches en hauteur devant les tables. De chaque coté de l'estrade il y a une porte, qui mène à un sas, avec une porte menant au couloir. Du coté cour le sas sert de coulisse, une affiche dehors indique au gens d'utiliser l'autre porte.

La régisseuse, H[1], me dit de me préparé et qu'elle va revenir. Je commence à mettre mon matériel sur scène: téléphone, disque dur, feuilles, cahier, stylo... Je prépare les vêtements en coulisse et sur scène, les chaises aux bons endroits. Je vérifie que tous les autres accessoires sont au bon endroit à l'aide de ma fiche récapitulative, pour éviter de devoir ouvrir ma valise pour récupérer un objet oublié, comme la dernière fois !


Les imprompt'ulm, qui m'ont demandé s'ils pouvaient jouer deux chansons une heure plus tôt arrivent, ils installent leur matériel, le clavier étant dans un coin de la scène pour ne pas gêner. Je leur explique donc à quel moment ils joueront, et je note sur la fiche régie que des sketchs ont changé d'ordre pour que la chanson s'insère convenablement.

Là, H revient, et m'indique qu'on entend mal depuis la cabine qui est insonorisé, et qu'elle n'a pas de micro pour moi. Donc la régie sonore, ça va être dur[2] et qu'elle ne peut pas controller la lumière de la haut, donc que ça va probablement rester allumer tout le temps... vu que ça m'ennuie elle me dit qu'elle va peut-être essayer de chercher quelqu'un pour faire la lumière (i.e. brancher/débrancher la multiprise du mur) mais qu'elle n'est pas sûre. Arg, je cours donc en costume chercher le garçon qui a fait ma régie la dernière fois, savoir s'il accepterait de m'aider, et je le remercie énormément d'avoir accepté alors qu'il préférait participer au cirque qui avait lieu en même temps. Finalement on a trouvé quelqu'un pour la lumière.

À ce moment là, il y a déjà pas mal de monde qui sont rentré dans la salle, certains par la porte qui est sensé servir de coulisse (pourtant il y avait une affiche indiquant d'emprunter la deuxième porte !). Je discute avec le garçon de la lumière pendant que certains ont décidé d'aller sur scène raconter des blagues - ça chauffe la salle alors je n'allais pas râler - quand H vient me voir pour dire qu'il va falloir se dépêcher et me demande quand je suis prêt. Pour moi c'était bon, mais que je pensais qu'il vallait mieux que quelqu'un aille dans le couloir dire au reste des gens que ça commence.

Elle me dit donc de commencer tout de suite.


Je répète: elle mle dit de commencer tout de suite.
Là... Comme ça !
Je veux dire, ok, mon texte, je le connais, et de toute façon c'est trop tard pour apprendre les endroits où je bloque. Il y a du public, et visiblement il est déjà en train de rire... Mais, comment je dis aux types de me libêrer la scène ? Pourquoi personne ne vient me présenter ? À cause de ça, rien ne m'indique, à moi, officiellement, que c'est le début. D'ailleurs, j'ai toujours remarqué, on me demande à moi, qui suit derrière en général en coulisse, si on peut commencer, alors que je suis hyper mal placé pour savoir s'il vaut mieux encore attendre des retardataires ou pas !

Je retourne donc en coulisse, i.e. dans le sas coté jardin. Là je frappe, 12 coups rapide puis 3 coups lents, je rentre, et je dis le début du texte d'introduction.

Mesdames. Mesdemoiselles. Messieurs. Autre (préciser)
Nous vous remercions d'avoir choisi de passer votre début d'après-midi avec Arthur Rainbow...

Notes

[1] qui n'a parait-il pas dormi depuis vendredi tellement le festival l'occupe

[2] Il y aura d'ailleurs 2 erreurs de sons

vendredi 25 mars 2011

Je d'Ego, 7ème

La prochaine représentation de Je d'Ego, la 7ème si je sais compter, aura lieu le vendredi 6 mai 2011 dans le cadre des 48 heures des arts, le festival de l'École normale supérieure de Paris, 29 ou 45 rue d'Ulm. L'heure n'est pas encore connue, ça sera en soirée et vous sera donc communiqué ultérieurement.

Il y aura 5 textes inédits à Paris, peut-être plus. Et c'est toujours gratuit et l'entrée est libre. Vous pouvez faire passer le message via le facebook de l'événement.

Avant je jouerai dans une création, dont le titre n'est pas encore fixé, probablement "Encore Alice" ou "De l'autre coté des merveilles", où je suis fier qu'on m'ait offert le rôle du Lapin Blanc ! Pour vous donner une idée, l'auteur n'en est pas à son coup d'essai, car elle avait déjà écrit et monté l'hilarant Princesse au Petit poids il y a 2 ans.

- page 1 de 2