Comprendre les gens «normaux»

N a posté des commentaires très intéressant, encore que je ne suis pas sûr d'entièrement tout comprendre de son point de vue. Et je pense qu'un article ferait pas de mal en réponse. Quitte à faire un peu doublon avec Pourquoi ce blog.

Je me pose des question, signalant que de mon point de vue, des choses banales socialement m'apparaissent étrange. Et N a raison, je pourrai lire des livres, par exemple de psychologie, qui me permettrait de mieux comprendre les gens autour de moi.

Mais ça me fait réaliser un truc, quand je dis «les autres sont étranges» (de mon point de vue), c'est pas forcément que je cherche à comprendre les autres. C'est que je cherche à me comprendre moi. Or, ça prend du temps de réaliser ce qui différencie de la norme, de trouver là où l'on s'écarte. De mettre des mots dessus.


Prenons l'exemple des maths.

Je sais que beaucoup de gens n'aiment pas les maths. J'ai vaguement entendu pleins d'explications à cette cause. Pleins de propositions de remèdes. Et même pleins d'explications sur les manières de répondre à ce désamour.

Moi, j'aime les maths. Je pourrai probablement tenter un billet où j'explique pourquoi j'aime les maths. Mais en vrai, savoir pourquoi peu de gens les aiment, ça ne m'intéresse pas tant que ça. J'ai même des amis qui n'aiment pas les maths, qui sont pourtant des gens fort sympathiques.

En deuxième étape, je peux aller dans les détails, et dire que j'ai du mal en algèbre/analyse, que j'adore la logique et trouve que la combinatoire est magnifique. Mais ça, je peux le dire car on m'a exposé à tout ces sujets, que je les ai vu, et ait pu les tester. Je n'ai pas eu beaucoup de recherche à faire pour comprendre ça.


Comparons avec les relations humaines.

Pendant longtemps, je connaissais les notions de couple et de célibat. C'est pour moi une évidence qu'il m'est impossible d'être en couple, que c'est quelque chose qui, certes à l'air très sympathique, mais n'est pas pour moi. C'est comme la drogue(j'inclue l'alcool dedans), dans l'absolu, quand les gens qui aiment ça en parle, ça a l'air cool. Mais comme j'avais expliqué, pour moi, c'est non.

Ensuite, j'ai découvert les relations sans sentiment, ce qui augmente un peu les possibilités. Et seulement bien plus tard, j'ai découvert la notion de polyamour, et des gens qui se disent polyamoureux. Et là, ça a été une révélation. Et c'est quand même beaucoup plus simple de se rapprocher de gens qui ont une vision à peu près similaire de la relation. Quelque part, ça donne envie de parler de ce mode de pensée, pour toucher des gens, comme moi il y a un an, qui ne connaissaient pas, mais que ça pourrait intéresser. Et pour l'instant, je suis encore trop impregné du mode de pensée habituel (monoromantisme), pour être capable de m'exprimer clairement sans définir ces pensées par opposition à ce mode de raisonnement habituel. Après, c'est sûr que je pourrai être moins égocentrique, et au lieu d'écrire, juste vous dire d'aller lire la salope éthique qui semble être la référence du domaine (et que j'ai commencé en anglais).


Et similairement, y a encore pleins d'autre trucs que je trouve bizarre. Alors j'en parle. Peut-être pour dire à d'autre, qui seraient d'accord avec moi, qu'ils sont pas seuls. Peut-être pour qu'ils puissent me dire qu'il y a un mot pour ça, des écrit ou une communauté intéressé par ces sujets. Parce que si j'ai découvert si récemment la notion de polyamour, y aura sûrement encore pas mal d'autres notions passionnante qui me passent à côté juste par ignorance. Et c'est ça, ce à quoi j'ai envie de participer, et modestement de contribuer par ce blog. Alors bien sûr, je pourrai lire des livres qui expliquent pourquoi ce qui est majoritaire existe. Mais lire encore plus sur ces sujets, que je vois partout, ça m'intéresse vraiment pas. En tout cas, pas autant que des dizaines d'autres livres qui s'entassent chez moi, d'autres blogs qui s'entassent dans mes favoris.


Ceci dit, je tiens à être clair:

Je connais des gens qui aiment provoquer, choquer, qui vont faire exprès de sortir de la norme. L'exemple le plus frappant étant l'apparance. Puisque c'est le 1er truc qu'on voit de la personne. Mais je suis flemmard et n'ait pas spécialement l'envie d'être différent, car je sais que ça entraine dans la vraie vie des question, auxquels j'ai pas forcément l'envie ou les capacités de répondre correctement.

Néanmoins, je suis encore plus flemmard et n'ait pas l'envie de me forcer à rentrer dans la norme (quoi que cela signifie). Donc aussi surprenant que je sois, c'est pas exprès, ou pas pour vous. C'est juste pour moi.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet