Porter une robe

Il m'arrive relativement souvent de porter des robes. Ce qui m'a entrainé quelques réflexions.

D'abord, je suis incapable de savoir ce qui est littéralement une "robe" et ce qui est juste un vêtement long, traditionnellement jugé féminin, mais qui techniquement serait pas une robe. Et à vrai dire, je m'en fiche un peu, vu que ce qui m'importe c'est l'esthétique. Le seul moment où ça importe étant quand je parle de ce que je porte.

Comparaison entre mon expérience et celle de potes.

Ma première réflexion, que je ne comprend toujours pas bien, est: pourquoi est-ce que ça semble considérablement plus simple pour moi que pour divers amies trans et/ou non-binaire[1]. Ainsi, j'ai une amie qui a changé de travail, et sa nouvelle patronne lui a dit que des collègues ont fait des remarques sur le fait qu'elle soit venue en robe. Heureusement pour elle, elle était soutenu par sa patronne. J'ai deux autres amies qui n'ont jamais fait savoir dans leur profession qu'elles étaient des femmes. Une des deux hésitant énormément avant de le faire. Une autre a changé et est maintenant dans une entreprise qui est connu pour avoir une réelle politique d'inclusivité.

Une différence évidente est bien entendu que je ne suis ni femme ni non-binaire. Non pas que je me considère spécialement homme non plus. En particulier, j'ai jamais tenté d'avoir ne serait-ce qu'un "passing". Cependant, sur plein de réseau sociaux, ma photo de profil contient une robe et de la barbe. D'un autre côté, ça ne me gène absolument pas de mettre un costume traditionnel quand ça peut être mon avantage; i.e. quand j'ai été discuté de sous avec mon conseiller à la banque, ou encore quand j'ai passé des entretiens à la BNP. Non pas que j'ai voulu travailler à la BNP, mais vu qu'on m'a proposé, ça me fait toujours un entrainement. Ceci dit, j'ai été à pôle emploi en robe, et j'ai été à un entretien d'embauche/workshop en Californie en robe. Mais en même temps, le recruteur avait les cheveux arc-en-ciels et j'avais plutôt entendu que la communauté était accueillantes des personnes-cis trans[2]. Pour donner un autre exemple, j'ai souvent porté des robes à mon ancien travail, sans avoir jamais la moindre remarque; mais au workshop à Varsovie, où j'ai été présenté ma recherche, je n'en ai mis aucune. (J'ai été volé de 60€ à Varsovie, mais ça n'avait rien à voir).

Impact sur la perception par d'autres personnes.

Par des gens à priori cis.

Durant le workshop où j'ai été en Californie, un participant m'a dit que c'est cool de voir qu'on est dans un endroit où j'ai pas peur de m'habiller comme je veux sans avoir peur. Ce que j'ai trouvé assez marrant. Je ne lui ai pas demandé et ne suit pas revenu dessus, mais je me demande comment il sait que je «n'avais pas peur». Je l'avais un peu. Surtout que j'espérais être engagé par des gens présents. Je testai les lieux, mais j'avais pas de certitude. C'est pas un truc que je fais sans me poser de question. Quand j'ai raconté ça sur facebook récemment, un type que j'ai rencontré à un événement à Berlin m'a dit, je cite «how I felt at this event: I remember seeing you and feeling like "Hey, I wanted to buy a skirt for a while, I really should go for it ". I think that's nice, that by being yourself you can have a positive impact on others.» Et encore une fois, une personne projette une narrative sur moi qui me surprend. Je ne pense pas être «myself» en robe. Pas plus que je ne serai moi-même en t-shirt à message rigolo. À la limite, si un truc m'importe, c'est d'avoir une variété de style de vêtement forts différents (et qui demande pas un entretien coûteux). Sauf que je me prend beaucoup moins de remarques sur les chemises/t-shirt, même quand ils ont un message dessus. Et accessoirement, je me questionne beaucoup moins sur le fait de les porter[3][4].

En plus de projeter une histoire sur le fait que je porte la robe, une autre chose me semble fort surprenante. Il y avait au moins quatre personnes non-binaires à l'événement de Berlin, et au moins une femme trans à celui en Californie. C'est à dire qu'en terme de personne présente ayant osé défié les normes de genre que la société attendait d'elles, j'aurai pas du être le plus remarquable. Je peux imaginer ceci dit qu'à la femme trans, il aurait été indélicat de faire une remarque qu'on m'a faite; ceci dit, je suis pas sûr de savoir pourquoi ça serait plus okay de me faire une remarque de ce genre à moi qu'à elle. Après tout, la remarque me montre encore que mettre une robe n'est pas la même chose que mettre un t-shirt[5]

Par des personnes trans et/ou non-binaire.

Jusqu'à récemment, ma reflexion s'en était arrêté là. J'avais pas trouvé ça assez intéressant pour en faire un billet. Ma réflexion était tombé dans un travers que j'avais déjà dénoncé chez d'autres. Je ne pense qu'à l'effet d'une action sur la majorité. Je m'étais demandé comment vont réagir les gens qui ne sont pas concernés par les question de genre en voyant un "homme en robe". Je ne m'étais pas posé la question de savoir comment réagirait les gens trans et/ou non-binaire. Et j'ai récemment réalisé que c'était une erreur et que ça a des conséquences, (pas trop grave je crois), mais que j'aurai du prévoir.

J'ai rencontré diverses personnes trans récemment, et j'ai entendu des réflexions que j'entend rarement ouvertement. Or, en arrivant à Berkeley, mon hôte misterBnB ne m'a pas ouvert. J'ai donc passé une nuit dans un hostel, sur les conseil d'une connaissance. Et j'ai passé la soirée dans la même pièce que trois femmes trans. Elles ont bien entendu parler de pas mal de choses qui ont rien à voir, mais j'ai entendu aussi un peu parler de traitement hormonale, et de désaccord sur si une chose est ou non de la transphobie. Ça m'a énormément étonné, parce que mon expérience à Paris semble m'indiquer qu'en général, les personnes trans que je connais n'abordent pas de tel sujet immédiatement en présence d'un inconnu. De ce que j'entend, il y a toujours un risque que ledit inconnu réagisse mal, voir fort mal. Le lendemain, j'ai visiter visitant une maison à sous-louer pour Noël à Berkeley, j'ai vu sur un tableau blanc non seulement des symboles mathématiques comme ça semble être le cas dans toutes les collocs de Berkeley, mais aussi un message comme quoi il n'y avait bientôt plus d'estradiol[6] [7]. Et c'est seulement en parlant de ça sur twitter que j'ai eu la réalisation suivante: Je portais une robe (et je me suis pas changé entre les deux jours). Il est donc envisageable que diverses personnes de cette histoire aient cru que je sois pas un mec cis. Ça serait loin d'être la première personne à faire cette erreur. Et donc que des gens se soient permis avec moi des choses qu'elles auraient pas osé partager si elles avaient su que j'étais un mec cis. Que ça ait créé une sorte de complicité par accident.

J'avoue que ça m'inquiète pas mal, parce que mon but a jamais été de tromper des gens et d'obtenir subrepticement des informations que j'aurai pas du avoir. L'information ici n'étant pas tant qu'il n'y a presque plus d'estradiol, mais que plusieurs personne de la colloc en utilise (sinon le tableau à pas d'intérêt), et donc probablement qu'il s'agit de personne suivant un traitement hormonal, donc probablement de femme trans. Notons que ce ne sont que des suppositions, pour des raisons plus ou moins évidentes, je n'ai pas demander confirmation de mes hypothèses.

Notons que je m'en fais peut être tout simplement pour rien. De ce que me disait une amie, Berkeley, il est tout simplement possible que ça soit tellement acceptant que personne ne se fait de souci à l'idée d'être out. Ceci dit, même si on m'a effectivement confirmé que c'était un lieu génial pour les questions LGBT, je suis bien incapable de savoir ce qu'il en est vraiment.

À titre personnel, je me dédouane un peu, parce qu'après tout, j'ai jamais prétendu à ces personnes ne pas être un hommes, si elles ont fait des assomptions, c'est pas totalement ma faute qu'elles s'imaginent que ne pas performer un genre signifie ne pas être de ce genre là. Et puis quand bien même elles n'auraient pas été à l'aise d'en parler si librement devant un mec cis inconnu, je peux imaginer que si ce mec cis qui met une robe pour sortir alors c'est déjà un signe plus rassurant. Et si en outre ce mec cis a une vague idée de ce qu'est l'estradiol, c'est déjà un mec cis légèrement moins aléatoire. [8] Mais j'ai un peu peur d'être juste en train de m'envoyer des fleurs (je veux dire, encore plus que ce que je fais d'habitude dans ce blog) et que je suis mal placé pour juger de si c'est grave ou non que j'ai trompé ces personnes.

Notes

[1] Un petit mot sur le vocabulaire. J'ai reçu des indications contradictoires. Une personne sur twitter m'encourage à employer trans, car selon sa définition ça inclue les non-binaires. Sauf que je connais au moins une personne non-binaire ne se reconnaissant pas sous l'étiquette "trans". De même, je connais un mec qui préfère dire qu'il est non-cis, parce que ça n'a de toute façon pas de sens d'appliquer les règles de genre européenne alors qu'il n'est pas européen. J'aurai bien employé "non-cis" qui techniquement englobe tous les gens dont je parle là; mais on m'a dit que c'est une définition négative, et donc à éviter. J'aurai aussi volontier dit trans et/ou non-binaire, mais visiblement ça ne passe pas, puisque selon la définition donner plus haut, ça inclut les non-binaires. Pour l'instant, je vais cependant garder ce dernier choix, pour ne pas imposer d'étiquette à des gens qui ne la reconnaissent pas, tout en évitant d'utiliser un terme négatif

[2] Je ne met pas "ou non-binaire" ici, parce que honnêtement, j'ai rien entendu à ce sujet. D'ailleurs, lors du workshop, j'ai entendu souvent "ladys and gentleman" ce qui m'a pas mal surpris.

[3] Quand je dis que je me prend moins de réaction, je ne parle pas de la réaction au message du t-shirt. Certains t-shirts nécessite une interaction avec moi pour être entièrement lus, et font donc un bon démarrage de conversation. Mais on parle de la blague et pas du t-shirt lui même.

[4] Et il y a des t-shirt que je ne porte plus car je suis en désaccord avec ce que j'avais écris. Encore une fois, le problème n'est pas le t-shirt lui même, mais son texte.

[5] J'imagine aussi que l'on puisse ignorer qu'elle est trans si l'on est pas ami fb avec elle et qu'on ne l'a pas vu en parler.

[6] n'ayant pas pris de note, pour des raisons évidente, il est possible que je me trompe de nom. J'avais en tête un souvenir d'un nom ressemblant à œstrogène, et j'ai googlé en écrivant le billet pour vérifier si le nom de mon souvenir existait.

[7] Il n'y avait plus non plus de vinaigre, mais dans l'absolu ça m'a pas entrainé de reflexion aussi intéressante. Je veux dire, c'est pas intuitif pour moi que le vinaigre et l'estradiol soient dans la même liste, mais le vinaigre me parait bien moins remarquable dans une liste de courses.

[8] Quoi que ce dernier critère serait aussi rempli par un transphobe qui se renseigne sur ceux qu'il discrimine.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.milchior.fr/blog/index.php?trackback/755

Fil des commentaires de ce billet