Ancien gay et draguer une femme

Quand je me retrouve à vouloir donner mon orientation sexuelle, je me décris plus comme bi que comme gay. Cependant, j'ai dragué en immense majorité des hommes, ainsi que quelques personnes non-binaires, mais jamais de femmes. Je m'interroge sur le pourquoi dans ce billet. Je n'ai pas la réponse. Mais elle m'intéresserait beaucoup, parce que, comme me le répète parfois une relation de longue date: «si je ne l'avais pas pris pour un homme quand on s'est rencontré, on n'aurait pas été ensemble ces dernières années». Trouvant cette hypothèse triste, je préfère éviter; au moins pour les potentielles relations futures.

Quelques précisions de vocabulaires d'abord. Draguer est un terme très vague. Dans ce terme, j'indique toute action qui permet de montrer à l'autre un intérêt pour une proximité physique. Que ça soit un compliment sur son physique, ou la proposition d'une interaction physique qui n'est pas habituellement du domaine de l’amitié (par exemple, se serrer dans les bras/se tenir la main). Donc draguer, de mon point de vue, est un jeu, et dont je ne m'attend pas à ce que ça change ma relation à l'autre. Sauf en cas de bonne surprise, ce qui a une faible probabilité.

Quand je parle du genre d'une personne, je parle du genre que je suppose que cette personne a au moment où je la drague. En effet, dans mon processus de décision pour draguer quelqu'un, je ne peux pas tenir compte du futur. Il y a probablement une variable caché[1] qui explique qu'une part importante des gens que j'ai dragué ces dernières années font leur coming-out trans/non-binaire. Mais la recherche de ces variables n'est pas le propos de ce billet.

Qui je fréquente.

La première explication qui me vient en tête, c'est que, lorsque je sors de chez moi, je suis dans des milieux principalement masculin. Quand j'étais étudiant, je fréquentais majoritairement mes camarades de classe, et allait peu vers les autres départements, je participai peu aux activités extra scolaire. J'étais étudiant en informatique, domaine où il y a bien plus d'hommes que de femmes. Donc bien plus d'hommes que de femmes qui puisse m'intéresser.

Pire, avant bac, j'étais dans un lycée privé catholique qui était en grande majorité féminin. Je ne regrette pas entièrement d'être allé dans ce lycée, puisque contrairement au collège où j'ai fait ma 6ème, je n'ai jamais eu à courir pour échapper à d'autres élèves après les cours. Cependant, je n'ai grosso modo pas de bon souvenir du lycée. Je pense donc que j'ai inconsciemment associé les filles à l'élève moyen de ce lycée privée, et les hommes aux milieux geeks[2] que j'apprécie.

Mais peut-être que je m'invente des raisons fausses. Après tout, c'est en première que j'ai commencé à ressentir de l'attraction physique pour des gens; uniquement des hommes; et je ne peux pas dire qu'ils étaient plus sympathiques que ces femmes. D'un autre côté, il est aussi possible que ce qui fait que je suis attiré par quelqu'un à 17 ans n'est pas la même chose que ce qui fait que je suis attiré par quelqu'un à 30 ans.

Ou peut-être que la raison mentionner plus haut est vraie. Je crois que j'ai commencé à considéré être bi à peu près au moment où j'ai eu, pour la première fois, des discussions intéressantes avec des femmes. Ce qui finalement est arrivé assez tard, puisque je ne sortais pas de chez moi en dehors des cours, et que mes camarades d'université étaient principalement masculins.

Les lieux

Une autre explication, peut-être plus simple encore. J'utilise beaucoup les sites de rencontres. Ok Cupid est le seul site où je suis qui ne soit pas gay. J'ai aussi été dans des lieux destiné principalement à la drague entre homme. Étonnament, je n'y ai pas dragué de femme.

Vu que je suis assez flemmard, et que découvrir quelque chose de neuf demande un effort assez considérable, je n'ai pas cherché à savoir s'il existait des équivalent hétéro. Ou plutôt, si j'en crois les innombrables histoires de dragues que je peux entendre - que ce soit des articles réalistes ou de la fiction - je réalise que ce type de drague à l'air immensément plus compliqué. De ce que j'entend, le nombre de messages que les femmes reçoivent, en moyenne, sur un site de rencontre, est tellement énorme qu'envoyer un "salut" en plus ne ferait que renforcer le bruit. Alors que mon expérience indique que sur les sites que je connais, c'est un moyen efficace de dire à l'autre «Eh, va voir mon profil. Si ça t'intéresse cool, voyons ce qu'on peut faire. Sinon bye».

Mon passé de gay

Les premières femmes que j'ai pu songer à draguer, je ne les ai pas dragué. Ça aurait été extrêmement bizarre. Tous les gens qui me connaissaient un peu savaient que j'étais gay[3]. Donc dire un simple «tu m'intéresse» m'aurait paru très étrange sans rajouter de précision. Et vu que je ne me dis pas vraiment bi non plus - après tout je suis en relation avec quelqu'un de non-binaire - mais que je me dis pas pan (je ne suis clairement pas indifférent au genre de la personne) l'explication est complexe et m'épuise avant même de la commencer[4].

Soit dit en passant, j'ai deux femmes en particulier qui me viennent en tête en écrivant ce dernier paragraphe. Et la première de ces deux femmes, je sais qu'elle en avait marre que des gens trouvent qu'elle soit «garçon manqué». Cette affirmation est sûrement corrélé au fait que je la trouvai attirante d'ailleurs. C'est aussi ce qui fait que je pense qu'elle n'aurait vraiment pas bien pris d'apprendre que je la trouvais attirante.

Remarquez que, de ce côté là, draguer une femme trans serait encore pire sur le message que ça risquerait d'envoyer.

En fait, les seules femmes à qui je me souviens d'avoir fait un compliment sur son apparence, c'est pour leur dire que je suis assez envieux, et aimerait bien savoir me créer une apparence aussi cool. En général, elles l'ont bien pris. Certaines m'ont proposé de me donner des conseils/de m'aider. Mais cela ne s'est jamais concrétiser. Et les questions de modes, de maquillage, ça a l'air super compliqué de trouver des avis qui ne soient pas influencé par des publicitaires et des marques, ce qui fait que chercher à me renseigner par moi même sur internet à ces sujets m'épuise systématiquement.

Les questions de sexisme

De ce que je comprend, beaucoup d'hommes insistent, lourdement, une fois qu'ils ont commencé à draguer quelqu'un, et ont du mal à prendre un refus. Suffisamment pour que la drague soit quelque chose de stressant pour un certain nombre de femmes. Je ne sais pas pour qui, d'ailleurs. Dans l'hypothèse où je souhaiterai draguer une femme, elle ne m'aurait pas forcément dit avant que la drague est pour elle un sujet épuisant. Et je me vois mal demander spécifiquement à quelqu'un si elle a un problème avec le fait d'être dragué avant de la draguer. Puisque cette question serait probablement déjà un début de drague.

Par contre, je sais qu'il y a pas mal d'hommes qui m'ont dit que j'étais le premier homme à les avoir draguer. Donc ce n'est - à priori - corrélé à rien de particulièrement négatif en général pour eux. Il s'ensuit que le comportement que je me permet d'avoir avec des hommes, je ne me sens pas de l'avoir avec des femmes.

La chaire

J'ai réussi à faire tout ce billet sans parler de ce qui vient après la drague. Mais il y a un moment où l'hypocrisie s'envole et il faut en parler aussi.

J'ai énormément de mal à distinguer l'amour de l'amitié. À part que je peu tenir la main, embrasser et câliner mes amoures sans que personne ne trouve ça bizarre. Mais il y aussi des choses que l'on ne fait pas en public. Et pour le coup, entre homme et femme cis, il y a une différence pas exactement négligeable.

Dans mon livre de recette idéal j'avais déjà expliqué à quelque point je me sens plus à l'aise à refaire quelque chose qui a fonctionné et que j'ai aimé. J'avais déjà dit que tenter de découvrir quelque chose de neuf, sans mode d'emploi - ou avec un mode d'emploi peu clair, c'est mentalement épuisant. Je retrouve exactement la même pensée ici. Tenter de découvrir quelque chose de neuf, de faire les choses correctement demanderait un temps d'apprentissage que je n'ai pas forcément envie de prendre quand je peux me permettre de refaire ce que je sais déjà faire.

Notes

[1] Le milieu poly parisien ?

[2] Je fréquentais aussi beaucoup d'humoriste, mais c'est aussi un milieu très masculin, donc je me limiterai au milieu geek dans ce billet, afin de ne pas me répéter.

[3] Enfin je pensais. Il y a au moins un type qui l'ignorait il faut croire: le prof du cours d'impro théâtrale où j'étais. Une règle disait qu'il était interdit de draguer quelqu'un du cours avant au moins 6 mois. Je n'avais pas compris que ça s'appliquait aussi aux improvisations. Je me suis fait engueuler parce que mon personnage dans une impro à drague une femme. Ce qui est assez comique, puisque je sais que j'avais dragué des hommes aussi, et il m'avait rien dit.

[4] Ou alors faudrait que la personne ait lu ce billet de blog, je suppose. Puisque l'explication y est faites.

Commentaires

1. Le mercredi 10 janvier 2018, 00:16 par Athreeren

"envoyer un "salut" en plus ne ferait que renforcer le bruit. Alors que mon expérience indique que sur les sites que je connais, c'est un moyen efficace de dire à l'autre «Eh, va voir mon profil. Si ça t'intéresse cool, voyons ce qu'on peut faire. Sinon bye»."

Donc c'est la façon normale de faire ? Personnellement, je trouve ça insupportable de recevoir un email me disant que j'ai reçu un message, me connecter sur OKCupid, cliquer sur le message... et voir qu'il n'y a rien dedans. Je dois faire plus d'efforts pour lire le message que celui qui l'a envoyé (ce sont toujours des hommes qui envoient ce genre de messages).

À ce propos, est-ce que tu comprends comment fonctionne le nouveau système de messagerie sur ce site ? Ça a l'air complètement inutilisable.

2. Le samedi 13 janvier 2018, 20:11 par Arthur Milchior

J'ignore si c'est la manière «normale» de faire. Je doute même que tous les gens mettent la même sémantique derrière ces messages courts. C'est par contre ce que j'ai connu, en particulier sur des sites où le profil fait en général deux lignes, et est surtout composé de cases à cocher. Sur ces sites, il est impossible de faire un premier message pertinent.

Quand au fait de cliquer sur un email... j'aurai tendance à blamer l'interface d'ok cupid bien plus que le principe de base que je décris. De base, nécessiter un effort de l'utilisateur est mauvais signe.

Je n'ai pas cherché à comprendre okCupid depuis ce dernier changement.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.milchior.fr/blog/index.php?trackback/687

Fil des commentaires de ce billet