samedi 1 octobre 2016

Précommande de l'Intervention en Milieu Scolaire.

Deux personnes ont demandé s'il était possible d'acheter le texte de l'Intervention en Milieu Scolaire. Parce qu'en plus d'être un docu-fiction et un pdf, il a existé en papier. 12182506_10153735334169036_5091747904078585250_o.jpg

J'ai presque écoulé mes trente exemplaires[1] et pense faire une nouvelle commande. Ce qui entraîne la question suivante: est-ce que certains veulent un exemplaire ? Que je fasse une commande groupée. Je vends l'exemplaire 7 euros(plus frais de livraison si une remise en main propre n'est pas possible). Ce qui couvre l'impression, la livraison du colis jusqu'à moi. Et tout le bénéfice sera reversé au MAG.

En passant, il y aura des petites différences entre les deux éditions. Les Notes de la Relectrices, que j'avais réussi à rater, seront supprimées. Et le titre ne devrait plus dépasser de la tranche.

Pour commander, envoyer moi un email à arthur@milchior.fr avec dans le titre PRECOMMANDE. Pour les remises en main propre, un payement le jour même me va. Pour ceux que je ne connais pas ou qui ne récupéreront pas l'exemplaire en main propre, je demanderai 3€ de plus pour l’enveloppe et le timbre, de préférence par paypal, au même email. Sinon je vous donnerai mon adresse pour un chèque.

Je fermerai les précommandes au 15 octobre 2016. Mais il sera probablement encore possible de prendre un exemplaire après, vu que je prendrai quelques livres en stock chez moi.

Note

[1] un par comédien (que j'ai croisé uniquement), et relectrices. Quelques uns à des amis et à des artistes qui m'ont dit avoir aimé ce livre. 6 exemplaires au mag, un à SOS Homophobie. Deux qui ont disparu le jour de ma soutenance de thèse, où, au pot, j'avais laissé ce livre à côté des exemplaires de thèse.

vendredi 25 décembre 2015

Publication LGBT, ratée

J'ai parfois tenté d'être publié pour autre chose que des publications scientifiques. Voici quelques petites anecdotes.

Il y a des années, une jeune femme me déclare vouloir monter une maison, dénommé event-yaoi, accompagné d'événement autour du yaoi. Et s'intéresser à publier la traduction de Fur-Piled dont je suis le co-traducteur. Je rencontre celle-ci à Paris-Manga, elle était monté à la capitale pour faire sa pub de sa toute jeune boite. Je me lance donc sur une retraduction des premiers chapitre, histoire d'obtenir une meilleur qualité [1], je contacte l'auteur, qui est un bon ami et qui a proposé de faire un petit chapitre original pour l'occasion.

Au dernière nouvelle, la maison a fait faillite avant de publier son premier bouquin.


Plus récemment, j'ai eu un mini-succès de l'Intervention en Milieu Scolaire, j'ai décidé d'en imprimer quelques exemplaires. D'abord, pour pouvoir l'offrir à mes comédiens. Pour mettre dans ma bibliothèque. Et puis quelques autres parce qu'on sait jamais. J'ai d'abord tenté une impression chez Script Laser. Le résultat est ci-dessous. Visiblement, j'étais sensé savoir qu'une fois avoir pris l'option «livre» la reliure était en supplément. Quand on me propose «reliure cartonné, spirale», etc... je pense que ce sont des options, pour rendre le tout plus beau.

CR6uqt1U8AAwPPv.jpg

J'ai fini par commander chez Lulu. Et comme de juste, c'est une fois reçu les exemplaires que je m’aperçois de toutes les erreurs: J'ai pas respecté la marge pour la tranche, le titre et mon nom sont tronqués. J'ai laissé des notes ajouté par ma relectrice, parce que j'avais eu la flemme de tout relire une fois en entier, et j'avais cru qu'elle avait juste corrigé l'orthographe. Et sur le titre, j'ai des majuscule à tous les mots, sauf Homophobie. 12182506_10153735334169036_5091747904078585250_o.jpg

J'ai aussi voulu proposer ce texte à Des Ailes sur un Tracteur, avec les droits d'auteurs qui iraient au MAG Jeunes LGBT, mon association. Je n'étais pas bien sûr de tenter cette maison, parce que le premier livre que j'ai lu chez eux, Encyclopédé, était très mal écrit. Y avait de gros problème de mise en page, un gros morceau de texte présent deux fois identique... D'un autre côté c'est la seule maison d'édition de texte LGBT que je connaisse. Ils sont aussi éditeur du projet 17 mai, un recueil de petite bd sur des thèmes LGBT, dont les bénéfices vont à SOS Homophobie[2]. Et puis parce que ils cherchaient des textes LGBT.

Jamais eu de réponse depuis octobre, même pas de négative. Par contre, en novembre, j'ai bien reçu leurs pub de noël. Y a pas à dire, je crois que j'aime encore moins cette maison qu'avant.


Ces exemplaires, en général je les offre. D'abord parce qu'avec ces fautes, j'aurai un peu honte de le vendre. Surtout si je refais un tirage corrigé plus tard (mais pas avant d'avoir épuisé ces exemplaires.). Et puis aussi parce que les premiers à qui je l'ai passé, c'était:

  • des comédiens, et l'heure/les heures qu'ils y ont passé, ça vaut bien les 5 € que me coûte exemplaire+livraison(et de toute façon, ils ont rien demandé à la base)
  • les relectrices, idem,
  • des gens très proches,
  • mon association, à qui je donne déjà bien plus que les 30 euros que représente les 6 exemplaires que j'ai offert.

Je parle de mini-succès car c'est étrange de voir des gens le vouloir. Certains à l'association semblaient vraiment enchanter de le voir en papier, et l'ont tout de suite emprunté pour le lire chez eux. Et le plus étrange, je crois, c'est qu'ils semblaient trouver ça normal, alors que moi j'en revenais pas.

Mais plus récemment, des gens ont vu ce livre, que j'avais donné à des gens, et ont demandé un exemplaire. Et pour certains ont demandé de le dédicacer.

Ce n'est pas que dédicacer soit étrange, je l'ai fait de ma propre initiative pour les livres que j'offrais aux comédiens, avec un petit mot sur ce qui m'a marqué dans l'enregistrement. Mais qu'on me le demande, et qu'on veuille payer, c'est assez étrange. (Je précise que je vend à prix coûtant, il est hors de question de faire des bénéfice avec les IMS.)

D'ailleurs, c'est pour ce bouche à oreille que j'aurai aimé être publié. Parce que la présence d'exemplaire physique dans Les Mots à la Bouche, ça pourrait être sympa. Parce qu'aussi, ça lui permettrait de circuler dans d'autres associations LGBT. Sans éditeurs, je ne me sens pas la légitimité pour les approcher, et de toute façon je n'ai pas le carnet d'adresse des associations.

Notes

[1] la traduction des premiers chapitres était fait sous paint.

[2] à cette occasion, j'avais déjà proposé Fur-Piled et Khaos Komix, sans plus de réponse.

vendredi 19 juin 2015

Conclusion de l'IMS

Voilà une semaine que la vidéo d'IMS est en ligne. Voici le temps des conclusions.

Je suis RAVI ! Vraiment.

En un peu plus de 24 heures j'ai dépassé le millier de vues sur youtube. Pour moi, c'est exceptionnel. Ensuite, c'est monté plus lentement. Mais ça monte quand même bien plus que les autres vidéos que j'ai pu poster. C'est un chiffre qui reste exceptionnel, il me semble, pour une saga mp3 qui n'est pas créé par une star du domaine.

Je suppose que c'est une bone chose d'avoir pu faire de la pub ailleurs. J'ai pas mal spammé sur twitter, la plupart des gens n'ont pas réagis, mais j'ai eu quelques partages par des associations comme le refuge[1], ou David & Jonathan. Mais y a surtout le partage par Pouhiou[2], qui a fait des compliments super positifs ! C'est même marrant, sur sa page facebook, la vidéo a 79 likes. Alors que sur youtube elle n'a «que» 57 pouces verts (mais 0 rouges, et ça, j'en suis fier !)

Et puis, bien sûr, il y a l'article de yagg. Il est assez factuel, je ne sais même pas si l'auteur a lue ou écouter l'IMS en entier. En tout cas, rien ne me dit s'ils ont aimé ou pas. Ça fait toujours de la visibilité. Et je trouve marrant qu'ils aient fait le rapprochement avec leur article qui parlait d'une autre de mes créations, il y a 2 ans.

Après, il y a pas mal d'autres partages qui font plaisirs. Des amis déjà. Le mag, qui est quand même mon association, la responsable intervention, l'ancien président et ancien responsable intervention. Plus précisément, ils ont partagés l'article de Yagg, pas la vidéo directement. C'est marrant, il y a deux ans, c'était déjà le cas, ils n'ont pas partagé la traduction, mais l'article de Yagg avec le nom de l'association.

Et mine de rien, ça me rassure ces partages. Car j'ai fait l'IMS de mon côté, je ne savais pas avec certitudes comment ça serait reçu. Et visiblement c'est bien reçu. Et quand je dis ça, c'est très global.


Je suis aussi très content des retours que j'ai.

Depuis que je parle d'IMS, il y a plusieurs gens qui se sont intéressé à en faire, et un prof qui m'a demandé comment en organiser (jamais en île-de-france, donc je ne rencontrerai pas ces gens.)

Presque que des commentaire super positif. Je vous laisse voir sur la vidéo ou sur les liens que j'ai mis plus haut. Deux exceptions vraiment critiques. Je m'y attendais et j'avais répondu par avance dans les notes de bas de pages du document. Mais elles ne sont pas lues par tout les auditeurs.

D'abord, «C'est du bullshit de dominant, la christianophobie. C'est du même acabit que le racisme anti-blanc.» Je n'ai jamais réussi à savoir si la fille avait ne serait-ce que écouter l'IMS avant de dire ça. Elle n'a pas répondu. Je pense qu'elle a juste regardé le dessin du tableau.

Et puis un très long échange, basé sur la remarque que on parle surtout d'homo - ce qui est vrai, et peu de trans. Reprochant de ne pas aller assez loin. Et honnêtement, j'étais sûr que ce genre de commentaire aller arriver. C'est même rassurant que ça ait été le cas, sinon ça veut dire qu'aucune personne vraiment engagé n'ait vu cette vidéo.

Parmi les retours que j'ai, il y a aussi des retours provenant du monde de la saga mp3. Et il y a des avis hyper positif de gens que j'admire. Que François TJP, créateur de ADN 2082 et de Et La Terre Éclata, me dise: «Je n'ai pas encore tout écouté mais la réalisation est très bonne et on s'y croit bien.» ça fait super plaisir. D'autant qu'il avait été très critique sur le son de ma dernière création. D'ailleurs, c'est fou le nombre de gens qui commentent sans avoir fini d'écouter.

C'est même marrant de voir des gens qui disaient «désolé, j'ai pas eu le temps d'écouter ta dernière saga» écouter celle ci, qui est plus de deux fois plus longue.

Comme retour, il y a beaucoup de «merci». Ce qui me semble rare pour une création. On me dit beaucoup qu'on y a appris des choses, même des gens déjà au courant de ce genre de question. (Mais on me dit rarement exactement ce qu'on y a appris. Ça me rendrait bien curieux de savoir ce qui était connu ou non.) Il y a aussi un certain nombre de message privé de la part de connaissance, avec des informations personnelles. L'un m'a dit avoir compris des choses sur lui grâce à ça. C'est assez exceptionnel de lire ça.

Une autre de mes grandes fiertés, c'est d'avoir reçu des compliments d'homo, de bis, d'hétéro, de trans, de cis, et aussi de gens ne rentrant pas dans ces cases. Pour les gens assez informés, les compliment sont sur le fait qu'il n'y ait pas de fautes, qu'il y ait beaucoup de thèmes souvent laissé de côtés, et que c'est intéressant à écouter. Concernant les personnes moins actifs sur le sujet, les compliment viennent du fait que c'est intéressant et qu'ils y apprennent des trucs. Encore que même les gens déjà bien informé disent souvent qu'ils ont appris quelques trucs.


Je suis tellement reconnaissant au comédiens. Parce que, forcément, ça aurait pas été pareil sans eux. Certains ont donné plus d'une heure de leurs temps pour enregistrer. Certains on même nettoyé les pistes. Certains on lutté contre leurs problèmes techniques. Y a beaucoup de débutants et pas beaucoup de petit rôle. Pour info, on avait prévu 3 heures pour l'enregistrement de l'intervenante. Une heure d'enregistrement, une de dérushage pour vérifier que tout va bien, puis le temps de refaire ce qui a buggé. (elle a enregistré chez moi, donc en plus il y avait le déplacement.)

J'ai une pensée particulière pour MewMeg. Elle commente chaque réplique et improvise beaucoup. Et c'est hilarant. Comme en plus elle enregistre de son côté, j'ai vraiment eu une surprise en découvrant son enregistrement. Je pensais qu'elle serait plus vindicative, et en fait, ça donne un très beau personnage, de voir la fille sympathique mais qui s'impose pas, qui a une petite voix. Pareil, pour la professeure, je ne l'imaginais pas si autoritaire, mais ça m'a donné une bonne surprise.

Un autre moment marquant pour moi, c'était l'enregistrement de Ian. Je l'entendais sur Skype et le guidait. Je lui ai donné le pire rôle. J'ai presque honte de faire jouer ça par un ado. J'ai choisi Ian car c'est le comédien que je connais depuis le plus longtemps, et donc celui à qui je me sentais le plus de donner un rôle qui peut être dur. De toute façon, pour un témoignage, j'avais pas trop le choix d'écrire un rôle dur, puisque son dialogue, c'est vraiment ce que des ados me disent. Mais y a quand même un moment où il m'a demandé si, vraiment, on me posait ces questions. Et c'est rassurant de voir que ça peut choquer un ado, même si ça ne le surprend pas qu'un ado puisse demander ça.


Je parlais de temps. Petite estimation à la louche du temps que ça prend.

L'écriture, je ne peux pas dire. J'y ai passé plusieurs nuit, à lire, relire. Commenter. Ça m'a pris deux semaine en faisant ça un soir sur deux, donc, grand minimum, 14 heures.

J'ai reçu des comédiens 8 heures 12 d'enregistrement. J'ai enregistré avec la moitié des comédiens, donc 6 heures pour les faire enregistrer (on bavarde aussi. Trouver un créneau horaire, leur passer le texte...). Nettoyer une piste d'une heure me prend environ une heure et demi, le temps de réécouter, choisir la meilleure réplique et faire les manipulations techniques. Donc 12 heures de nettoyage.

Mettre les répliques dans l'ordre, j'estime à environ 4 heures (pour un dialogue d'une heure 20). J'ai fait le principal en une soirée. À jongler entre le texte, noter les répliques que les comédiens ont sautés ou qui sont inexploitable (et leur faire réenregistrer)... Plus 2 heures pour gérer plus finement l'espacement. Savoir si je mettais du tac au tac, au détriment du réalisme, ou si je laissais des blancs, quitte à ennuyer le spectateur.

La figuration, les «oui», «non» et «rire» a eux seuls doivent compter 3 heures. Ne serait-ce que pour trouver quel oui correspond à quel question, c'est LONG !

Le mixage c'est fait en deux fois. Une première juste pour vérifier que rien ne sature, et faire le gros du travail. 4 heures. Puis on m'a signalé que c'est quand même très inégale et que les élèves devraient être globalement un peu moins fort que les intervenants. Donc re 4 heures, avec réglage à l'aide du vu-mètre. (J'ai aussi utilisé le compresseur. Mais mon but était d'égaliser réplique par réplique, parce qu'entre le début et la fin d'un enregistrement, le comédien pouvait s'être mis à parler plus fort. Et pour que ça soit égal avec le compresseur, ça aurait trop écrasé la dynamique des voix. Enfin je crois)

Ensuite, on rajoute le fait de faire mumuse avec les égaliseurs, les compresseurs, la réverb. Une bonne heure minimum pour tester, voir à l'oreille ce qui me plait. (Et se demander si j'ai pas laissé les réglages au hasard, car j'avais pas de déclic où je me disais «là c'est parfait».)

Deux autres heures à chercher des bruitages, trouver où les mettre, à quel niveau, etc... Parce que oui, il y a des bruitages: porte, bruit de pas, feuilles, bruits de vêtements, ambiance de salle de classe au début et à la fin.

On arrive à 46 heures de mixages.


Passons maintenant à la vidéo. Je ne tiens pas compte du temps passer à trouver un logiciel fonctionnant sur ubuntu. (J'ai aussi essayé iMovie sur un vieil ordi familial, mais j'ai jamais réussi à m'en servir.)

D'abord, génerer le tableau final, sous inkScape. Une demi heure(parce que, mine de rien, ça a pris plusieurs essais avant de trouver une bonne disposition des mots). Génerer les 86 images intermédiaires. Une demi heure. Voir que je me suis gourré dans l'ordre où il fallait retirer les mots/qu'il y avait une faute d'orthographe. Regarder le code des .svg et génerer une commande sed qui corrige tout ça. Une autre demi-heure. (On pourrait croire que ça aurait été plus rapide de recommencr à 0. Mais, d'abord, c'est pas geek. Et surtout, y avait plusieurs fautes, que j'ai vu au fur et à mesures, donc c'était plus efficace de trouver comment éditer le code source de l'image, car ça permettait de faire rapidement la 2ème et 3ème modification.

Ensuite, réécouter le fichier pour placer le changement d'image au bon moment. Une heure et demi.

Donc 4 heures pour la vidéo.


Finalement, sans compter la promotion et le site web, la création de l'IMS m'aura pris au moins 65 heures. Soit le temps de 35 IMS et demi. C'est à dire moins que ce que j'ai fait en 2014-2015 (et encore, c'est sans compter le temps de transport !)

Notes

[1] Bon, c'est pas compliqué, leur community manager retwettent tout ce qui dit du bien d'eux

[2] Un jour faudra que je découvre ce qu'il créé

mercredi 10 juin 2015

L'IMS est sortie

Vous vous souvenez ? Et bien, l'Intervention en Milieu Scolaire est sortie en version audio. Tout est expliqué sur cette page !

En plus Yagg en parle :).

jeudi 14 mai 2015

Texte d'IMS

Pour célébrer mes 100 interventions en milieu scolaire, j'ai décidé de pondre un texte de ce qui est, pour moi, une intervention moyenne. D'ici un mois, ça devrait être disponible en audio si vous avez la flemme de lire 61 pages. Après tout, c'est un dialogue, et l'audio est plus naturel. J'ai déjà la moitié des comédiens qui m'ont enregistrés les dialogues, et une intervenante qui a accepté de jouer le rôle de l'intervenante. C'est cool !

Si quelqu'un veut prendre le fichier .tex et corriger l'orthographe, je lui serai très reconnaissant. Mais par rapport au blog, j'ai l'espoir qu'il y en ait peu.