Défendez-vous un combat de la manif pour tous sans le savoir ?

La question est un peu vague, donc je prendrai une question très précise: pensez vous qu'il ne faut pas que l'on enseigne la masturbation aux élèves ? Si c'est le cas, vous partagez une idée de LMPT. C'est pas grave[1], ils pensent certainement qu'il faut se brosser les dents après chaque repas, ça n'en fait pas une idée ridicule pour autant. Pensez vous en plus qu'il est ridicule de prétendre que des gens parlent de masturbation aux élèves ? Dans ce cas, vous en concluez peut-être que, si c'était avéré, il faudrait l'interdire. Alors vous partagez un combat de LMPT.

Puisque c'est ridicule, certain-es tirent la conclusion qu'il est bien sûr faux que qui que ce soit incitent les élèves à se masturber. «Personne n'incite les élèves à se masturber» est une prédiction, une affirmation qui peut être vraie ou fausse. Et si on découvre des gens qui incitent les gens à se masturber, et que vous trouvez ça ridicule, alors si vous êtes de bonne foi, il faudra reconnaître que LMPT avait raison, et qu'en pensant vous moquez de LMPT, vous lui donniez raison.


Si je parle de tout ça, c'est parce que LMPT à fait un site, que je trouve très cool: École et Sexe. Ce site semble assez factuel, répertoriant tout un tas de ressources qui ont été créé et qui s'adressent aux jeunes. On peut reprocher que le nom de LMPT soit en bas de la page, et donc pas visible au premier abord; mais ils ne cachent pas en être les auteurs contrairement à ce que certain-e-s https://twitter.com/kacha1286/status/863675175086292993. Et ce n'est pas non plus des contenus qu'ils ont créés, contrairement à ce que certains semblent prétendre en voyant des captures d'écran qui peuvent sembler ridicule hors contexte. En vrai, je ne serai pas choqué d'apprendre que des ami-e-s à moi partagent ce site, tellement il répertorie des documents intéressant et pertinents. Pas pour les IMS du mag, puisqu'on n'y parle pas de sexualité, mais ça peut intéresser les établissement dans d'autres cadres.

Je n'ai pas tout lu, il y a beaucoup de ressources. Mais, de ce que j'en vois, il y a des ressources qui s'adressent, aux hommes comme aux femmes, homo comme hétéro, en leur parlant du pénis, du vagin, du clitoris. Ça mentionne aussi l'existence de zones érogènes, indique qu'il peut falloir faire des expériences pour découvrir ce qu'on aime, ou pas. Qu'il peut y avoir des ratés, que tout n'est pas parfait du premier coup. Je n'aurai pas dit qu'il s'agissait d'enseigner la masturbation, mais il est indiscutable que ça incite à s'y essayer. De même que, quand les brochures expliquent comment se protéger lors de tel ou telle pratique, ils peuvent pousser des élèves à l'essayer.


Tout ça pour dire, on peut reprocher la formulation choisie par LMPT: quand on dit que l'éducation nationale incite les élèves à faire un truc, j'imagine que les profs le donnent comme un devoir. Ou alors qu'il y a un mémoire à faire à ce sujet, que ça sera noté, ou que ça sera fait sur les heures de cours. On dirait aussi que c'est fait par les profs.

Ici, ce n'est bien entendu[2] pas le cas, personne ne vérifie ce que les élèves ont fait ou pas fait. Mais reprocher une formulation, ce n'est pas la même chose que dire qu'ils inventent et mentent. De plus, ces textes sont souvent l'œuvre d'associations agréés par les ministères, académies. Ce qui fait une petite différences, parce que ça peut être plus simple de parler de ces sujets avec quelqu'un qui ne t'as jamais donné de mauvaise note ou d'heurre de colle.

Après, bien sûr, on peut discuter de savoir s'il est pertinent que les enfants/adolescent-e-s entend parler de ce sujets à l'école; à quel age il/elle-s doivent en entendre parler, ce qu'il faut dire et ne pas dire; après tout aucune de ces brochures ne traitent de la totalité des pratiques. On peut discuter des buts à atteindre: est-il plus important de diminuer le nombre de rapport sexuel ? Le nombre de transmission d'IST et de grossesses non désirée ? En absolue, ou proportionnellement au nombre de couple sexuellement actif ? Le nombre de pratique que les gens connaissent ? Tout ces buts peuvent être contradictoire, on peut imaginer que si on parle moins de sexe, moins de gens le pratique, mais que ces gens se protègent moins, et qu'en diminuant le nombre de pratiquant, on augment le nombre de transmission ? On peut donc discuter des manières de parvenir efficacement au résultat voulu ? Mais tout ça, c'est extrêmement différent des moqueries et accusations que je mettais en lien plus haut.

Notes

[1] Je pars du principe que la majorité des mes lecteur/trice-s sont opposés à LMPT par principe.

[2] En disant ça, je refais une prédiction vérifiable. Et si on découvre qu'un prof a ordonné aux élèves de se masturber, alors je partagerai le combat de LMPT sur ce point précis, ce prof ne devrait pas enseigner.